Existe-t-il une convergence entre l’IWMS et le BIM- GEM ?

Le Bim exploitation, réalité ou promesse ? Quelles interactions avec une solution de gestion intégrée de l’environnement de travail (IWMS) ? Quels usages pour les différentes typologies de bâtiments ? … CAMILEIA apporte sa réflexion et ouvre le débat sur l’intégration du BIM avec un IWMS.

Qu’est-ce que le BIM (Building Information Modeling) ? 

D’après la norme NF CEN ISO 19650 : 

Le BIM ou modélisation des informations de la construction c’est l’utilisation d’une représentation numérique partagée d’un actif bâti* pour faciliter les processus de conception, de construction et d’exploitation de manière à constituer une base fiable permettant les prises de décision.

*Actif bâti = bâtiments, ponts, routes, tunnels, voies de chemin de fer et usines.  

Le BIM est une méthode de travail qui permet d’unifier avec l’ensemble des acteurs de la construction et de l’exploitation autour d’une modélisation de données, d’un partage de la connaissance et d’un ouvrage co-construit.

Le BIM est essentiel dans la conception et construction d’un ouvrage. Il est bénéfique à la maitrise d’ouvrage, la maitrise d’œuvre et les constructeurs. La modélisation, permet de programmer, de planifier, d’échanger et de piloter la naissance d’un ouvrage. Les avantages sont très nombreux, comme l’anticipation, les économies et un ouvrage bien conçu et construit.


Le BIM exploitation est-il une réalité ou une promesse ? 

Cela dépend dans un premier temps de l’usage de l’ouvrage construit. Nous allons distinguer 2 types d’ouvrages : les ouvrages fonctionnels et les autres. 

Les ouvrages fonctionnels sont des hôpitaux, usines, écoles, théâtres, aéroports, gares … Ce sont des bâtiments destinés à un métier avec une conception et des normes spécifiques.


Le BIM Gestion Exploitation Maintenance…. 

Par expérience, j’ai constaté que le BIM exploitation n’a pas tenu ses promesses dans les immeubles résidentiels et tertiaires.

Pourquoi ? Plusieurs facteurs :

  • Le manque de compétences internes
  • Le coût économique (licence et ressources) important
  • Le besoin
  • Peu de modifications structurelles durant la durée de vie des bâtiments

Contrairement aux ouvrages fonctionnels, le BIM exploitation est un réel atout, car créer une cage d’ascenseur dans un aéroport, remplacer une machine-outil dans une usine, ou modifier une chaine de production, tout cela a un impact direct sur l’ouvrage et le BIM GEM permet une projection rapide et efficace.

L’IWMS et le BIM, cela est possible mais il lui faut trouver ses vraies valeurs ajoutées et s’assurer de : 

  • La gouvernance des données 
  • La compétence interne
  • Le coût sur du long terme
  • Les bénéfices
  • La pérennité dans un cycle de vie d’un immeuble.

Le BIM GEM permet dans un premier temps, le transferts des données de construction des ouvrages. Nous connaissons tous la perte d’informations entre les acteurs de la construction et ceux de l’exploitation. Les DOE papier ou numérique, ne sont pas forcément transmis ou bien identifiés, ou disponibles voir même complets.
Le BIM est un véritable atout pour la transmission des données et un gain considérable pour l’exploitation.

Dans le BIM GEM nous avons 3 fonctions : la Gestion, l’Exploitation et la Maintenance.

La Gestion : Le BIM au quotidien apporte une aide à la gestion, relié à un IWMS via des API cela devient un jumeau numérique avec des liens vers la GTB, les IoT et la GMAO.

  • L’exploitation : Dans les ouvrages fonctionnels, les transformations des ouvrages liés au cœur de l’activité nécessitent une anticipation et une vision précise. Le BIM GEM est un puissant allié pour visualiser les nouvelles implantations, identifier les contraintes (structure, passage de câble…).
  • La Maintenance : Dans le tertiaire, l’ensemble des acteurs ne sont pas formés au BIM et l’usage au quotidien n’a pas encore fait ses preuves. L’intérêt y est donc moindre. Dans l’industrie, on peut trouver un usage si on l’associe aux méthodes de l’industrie 4.0.

Pour conclure… 

Le BIM GEM a des atouts selon la finalité des ouvrages et des besoins. La culture du BIM GEM n’est pas généralisée, elle doit encore grandir pour évoluer et se généraliser. Le BIM doit être pensé avec l’ensemble des acteurs comme les équipes de conceptions, les constructeurs, les industriels (GTB, IoT, équipements techniques…) et pour finir les exploitants et mainteneurs. L’IWMS associé à un BIM GEM peut être un véritable outil de gestion et de planification surtout pour les ouvrages fonctionnels.

Actualités